Blog AVG Signal Confidentialité Adresse IP Quelle est la différence entre les protocoles IPv4 et IPv6 ?
IPv4-vs-IPv6--Hero

Qu’est-ce que l’IPv4 ?

Le protocole IPv4 (de l’anglais « Internet Protocol version 4 ») constitue le format d’adresse standard permettant aux machines de communiquer entre elles sur Internet. Les adresses IPv4 sont des valeurs numériques codées sur 32 bits. Elles se composent de quatre nombres chacun compris entre 0 et 255 et séparés par un point.

Cet article contient :

    Le concept d’adresse IP ne vous est sans doute pas inconnu, et il y a fort à parier que vous avez déjà vu la vôtre. Cette information se présente sous cette forme : 168.213.226.204. Le protocole IPv4 permet de générer plus de 4 milliards d’adresses différentes, ce qui nous a bien rendu service pendant plusieurs dizaines d’années.

    Caractéristiques principales de l’IPv4

    L’introduction de l’IPv4 en 1978 a permis de normaliser la communication réseau entre les ordinateurs. Ce protocole, qui ne requiert que de faibles quantités de mémoire, assure la transmission en mode non connecté. Autrement dit, les données peuvent être envoyées sans nécessité d’établir une connexion directe entre les machines.

    L’IPv4, comme nous l’avons vu, fournit plus de 4 milliards d’adresses uniques, ce qui semblait au départ largement suffisant. Mais en 40 ans, les choses ont évolué : aujourd’hui, alors que les équipements connectés se multiplient, l’IPv4 atteint ses limites.

    C’est pourquoi nous avons absolument besoin d’un nouveau standard de communication. Fort heureusement, la relève est assurée par l’IPv6, un protocole déjà utilisé par des millions d’ordinateurs.

    Qu’est-ce que l’IPv6 ?

    L’IPv6 (pour « Internet Protocol version 6 ») est un nouveau protocole standardisé pour l’identification des machines sur Internet. Tout comme l’IPv4, il attribue à chaque appareil un identifiant unique, à la différence que l’IPv6 a été ajusté afin de répondre au nombre croissant d’équipements en ligne.

    En effet, alors que l’architecture du protocole IPv4 permettait la création de 4 milliards d’adresses, l’IPv6 en fournit 340 sextillions (340 suivi de trente-six 0). L’IPv6 repose sur une écriture hexadécimale de 128 bits et se présente généralement sous cette forme :

    2001:0ab8:85a2:0000:0000:8a3e:0370:7334

    Ce nouveau protocole a été simplifié pour s’adapter à l’environnement Internet moderne. Certains composants du système IPv4, que nous verrons ci-dessous, ont donc été abandonnés car ils ne sont plus nécessaires aujourd’hui.

    Caractéristiques principales de l’IPv6

    L’IPv6 simplifie le transfert de données en rendant deux adresses directement accessibles entre elles. Le protocole IPv4 devait quant à lui passer par des étapes supplémentaires afin de compenser le manque relatif d’adresses uniques.

    En effet, les protocoles en mode non connecté vérifient toujours l’intégrité de chaque paquet de données reçu afin de garantir que le contenu de destination est identique à celui d’origine. Désormais, ce ne sera plus nécessaire avec l’IPv6. L’IPv4 utilise à cette fin un processus appelé somme de contrôle (ou « checksum », en anglais). Celui-ci doit souvent être répété, puisqu’un routeur dirige le trafic vers plusieurs ordinateurs sur une même adresse. L’IPv6 facilite en conséquence la configuration des appareils, chacun étant doté de sa propre adresse permanente.

    Prenons un exemple. Lorsque vous déménagez, vous devez mettre en place un suivi postal afin que le courrier envoyé à votre ancienne adresse soit réexpédié vers la nouvelle : cela équivaut au fonctionnement de l’IPv4. Avec le nouveau protocole IPv6, vous recevrez votre courrier directement à votre nouvelle adresse.

    L’IPv6 a été conçu pour rendre le transfert de données plus efficace. La prise en charge de la qualité de service (QoS) implique en effet une allocation plus efficiente des ressources. Par exemple, lorsque votre débit Internet est lent ou limité, la QoS établit une hiérarchie entre les octets de données prioritaires. Puisque, au final, nous serons tous amenés à adopter l’IPv6, la question n’est pas de savoir si nous devons l’utiliser mais plutôt d’en connaître les avantages spécifiques.

    Quelle est la différence entre les adresses IPv4 et IPv6 ?

    Les adresses IPv6 sont plus longues et se présentent dans un format différent afin de proposer plus de possibilités et de configurations uniques. L’IPv4 est bâti sur une architecture 32 bits utilisant une chaîne de nombres séparés entre eux par un point. De son côté, l’IPv6 est un système 128 bits se présentant sous la forme de séquences alphanumériques séparées par le signe des deux-points.

    Examinons de plus près la différence entre IPv4 et IPv6 :

    Les différences entre les protocoles IPv4 et IPv6

    Le protocole IPv6 est-il donc meilleur que l’IPv4 ? Au sens pratique, cela ne fait aucun doute. La communication sur Internet est bien plus efficace lorsque chaque machine dispose de sa propre adresse unique, chose que seul l’IPv6 est en mesure de proposer.

    icon_02Débit : comparaison IPv4/IPv6

    Malgré son en-tête plus large, qui lui permet de transférer plus de données, l’IPv6 est aussi plus rapide grâce à sa structure simplifiée. Dans le contexte d’une communication IPv4, avant de vous parvenir, la plupart des données passent d’abord par une adresse IP commune à de nombreuses autres machines. Une transmission IPv6 prend beaucoup moins de temps, puisque les appareils s’envoient directement les données entre eux.

    Cette connexion directe garantit que tous les messages sont reçus intacts. Comme nous l’avons expliqué plus haut, l’IPv4 vérifie plusieurs fois l’intégrité des données durant la communication, ce qui prolonge la durée du transfert. Le protocole IPv6 contrôle quant à lui l’exactitude de la transmission de données au niveau TCP. En conclusion : l’IPv6 rendra Internet plus rapide dans la majorité des cas.

    icon_01Sécurité : comparaison IPv4/IPv6

    Vous pensiez sûrement être à l’abri des pirates parmi les 340 sextillions d’autres adresses IP ? Détrompez-vous, cela ne suffira pas à cacher votre adresse IP. Les hackers sont parfois de vrais détectives quand il s’agit de prédire le comportement humain. Quel que soit le protocole de communication, ces derniers pourront toujours détecter les motifs présents dans l’organisation des données.

    L’IPv6 ne protège pas votre réseau à lui seul. Au contraire, ce protocole peut même s’avérer moins sécurisé sur le court terme. En effet, l’IPv6 est une technologie relativement nouvelle, ce qui signifie que tout le monde n’en maîtrise pas encore la configuration. Pendant ce temps, les hackers et cybercriminels peuvent chercher à exploiter des vulnérabilités au niveau du protocole réseau. 

    En passant à l’IPv6, vous devrez donc continuer à renforcer la sécurité de votre équipement informatique pour vous défendre contre les cyberpirates cherchant à voler et monnayer vos données. Avec le VPN AVG Secure, qui protège votre adresse IP et votre activité sur Internet, vous pouvez être sûr que personne ne pourra savoir qui vous êtes ou ce que vous faites.

    Comment savoir quel type d’adresse IP j’utilise ?

    Il existe plusieurs solutions possibles pour trouver son adresse IP. La plus simple est par exemple de taper « quelle est mon adresse IP ? » dans votre moteur de recherche. Vous pouvez aussi récupérer facilement cette information depuis Windows, macOS ou Linux.

    Profitez-en pour savoir si votre adresse IP est publique ou privée, statique ou dynamique. Ces renseignements pourront en effet vous être utiles dans certaines situations.

    Pourquoi a-t-on créé l’IPv6 ?

    Le protocole IPv6 a été conçu pour palier à la pénurie d’adresses IPv4 sur Internet. Le calcul est simple : l’IPv4 permet de générer quelque 4 milliards d’adresses uniques et, sans compter le fait que nous sommes nombreux à posséder plusieurs équipements connectés, nous étions déjà 4,66 milliards d’individus à avoir accès à Internet en octobre 2020. C’est pourquoi nous avons besoin d’adresses IP supplémentaires.

    Dès les années 1990, les experts de l’Internet Engineering Task Force (IETF) se sont rendu compte que le protocole IPv4 allait manquer d’adresses et serait bientôt dépassé par le nombre de machines connectées à Internet. L’IETF a donc commencé à mettre au point un nouveau système 128 bits afin de répondre à nos futurs besoins d’adresses IP

    Il faut savoir que l’architecture « 32 bits » se rapporte à une méthode d’écriture numérique dont les possibilités se limitent aux quatre séquences comprises entre 0 et 255, comme nous l’avons vu au début de cet article. Un système 128 bits peut quant à lui accueillir un plus grand ensemble de nombres. 

    En 2012, des milliers de fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ont accepté de faire de l’IPv6 le nouveau protocole standard. Presque dix ans plus tard, ce processus de transition est toujours en cours alors que l’IPv4 est sur le point d’atteindre ses limites.

    Avons-nous vraiment épuisé les adresses IPv4 disponibles ?

    Réponse : oui et non… Il n’existe plus aucune nouvelle adresse IPv4, mais nous continuons d’utiliser ce protocole en combinant de façon intelligente anciennes adresses et solutions temporaires.

    Votre FAI utilise probablement la traduction d’adresses réseau (NAT, pour « network address translation ») : cette fonctionnalité vous attribue une adresse IP globale, partagée avec d’autres utilisateurs, tout en donnant à votre équipement une adresse IP interne au sein de ce groupe. Ce système permet ainsi de contourner le manque d’adresses IPv4, tout en intégrant des mécanismes de correction.

    Il ne reste plus aucune nouvelle adresse IPv4 disponible.Les adresses IP incluses dans cette illustration sont fournies à titre purement indicatif. En tant qu’adresses de diffusion, celles-ci ne peuvent être attribuées à une machine individuelle.

    L’adoption de l’IPv6 simplifiera le processus de communication de bout en bout. Votre adresse IP sera la vôtre, point final. Certains d’entre vous ont peut-être déjà dû configurer des règles de redirection de port (ou port forwarding) afin de contourner le NAT d’un FAI, qui isole votre ordinateur du reste d’Internet. Il s’agit de « rediriger » les données vers votre ordinateur spécifique, puisque l’IPv4 attribue une adresse IP commune à plusieurs machines. Avec l’IPv6, plus besoin de bricoler pour établir une simple connexion.

    Le nombre largement supérieur d’adresses IPv6 disponibles rendra la communication en ligne bien plus facile et directe. Alors que les appareils connectés sont de plus en plus en nombreux, même les capacités NAT seront bientôt épuisées.

    Pourquoi n’avons-nous pas encore basculé entièrement vers l’IPv6 ?

    Comme souvent, le changement peut être disruptif pour l’activité économique, et l’IPv6 ne déroge pas à la règle. Les FAI et les entreprises doivent maintenir leur productivité, ce qui exclut toute interruption de service Internet. Cette transition est inévitable mais, tant qu’elle reste prévisionnelle et non strictement nécessaire, la pente sera longue à gravir. 

    Pas facile non plus d’être un adepte de la première heure : les personnes utilisant l’ancien protocole auront des difficultés à communiquer avec vous, tandis que l’achat de nouveau matériel peut être dur à justifier pendant qu’en face, le reste du monde campe sur ses vieilles habitudes. 

    D’autre part, l’IPv4 n’étant pas compatible avec l’IPv6, un mécanisme complémentaire a été créé afin de permettre la communication entre les deux protocoles. Quoi qu’il en soit, un jour ou l’autre, la transition vers l’IPv6 sera permanente.

    Est-il possible de désactiver l’IPv6 ?

    Les systèmes Windows, macOS et Linux permettent de désactiver l’IPv6 mais, en contrepartie, certains composants cesseront de fonctionner. Plus le nouveau protocole deviendra monnaie courante, plus il y a de chances que votre ordinateur soit obligé d’utiliser une adresse IPv6. 

    Dans certains cas, l’IPv6 est désactivé pour des raisons de sécurité. Ce protocole n’est pas moins sûr que l’IPv4, mais on peut s’attendre à l’apparition de certaines complications lors du processus de transition.

    Toutefois, l’IPv4 peut aussi être source d’instabilité. Votre ordinateur peut se bloquer en raison d’une incompatibilité entre pilotes et, parfois, mieux vaut se contenter des ressources configurées par le fabricant du matériel. Puisque la désactivation de l’IPv6 peut être problématique, nous vous conseillons de toujours utiliser un logiciel de sécurité antivirus fiable et efficace, sans oublier de mettre à jour l’ensemble de vos logiciels.

    Préservez votre anonymat avec l’IPv4 et l’IPv6

    Peu importe que vous utilisiez le protocole IPv4 ou IPv6, un VPN (réseau privé virtuel) vous permettra d’assurer à la fois votre confidentialité et votre sécurité. C’est précisément le rôle de notre solution VPN, qui masque votre adresse IP et préserve votre anonymat en ligne. 

    En effet, le VPN AVG Secure chiffre vos données personnelles et vous permet en outre de dissimuler votre adresse IP. Sites web, annonceurs, hackers ou administrations publiques : plus personne ne pourra vous identifier ou connaître votre activité en ligne. N’attendez plus et testez le VPN AVG Secure dès aujourd’hui !

    Chiffrez votre connexion et accédez aux contenus bloqués avec le VPN AVG Secure

    Essai gratuit

    Chiffrez votre connexion et accédez aux contenus bloqués avec le VPN AVG Secure

    Essai gratuit